Ordre

Les maîtres sont ceux qui nous montrent ce qui est possible dans l’ordre de l’impossible.
Bêtise et poésie. Il y a des relations subtiles entre ces deux ordres. L’ordre de la bêtise et celui de la poésie.
Un révolutionnaire est celui qui désire mettre au rancart l’ordre social existant, afin d’en essayer un autre.
Celui qui exécute de bonne grâce les ordres échappe au côté pénible de la soumission: faire ce qui nous rebute.
L’ordre social ne vient pas de la nature – il est fondé sur des conventions.
Il y a un principe bon qui crée l’ordre, la lumière et l’homme. Il y a un principe mauvais qui crée le chaos, les ténèbres et la femme.
Un homme qui dort tient en cercle autour de lui le fil des heures, l’ordre des années et des mondes.
La plus haute perfection de la société se trouve dans l’union de l’ordre et de l’anarchie.
C’est le jour des révolutions que les choses rentrent dans l’ordre.
Voltaire n’écrira jamais une bonne histoire. Il est comme les moines qui n’écrivent pas pour le sujet qu’ils traitent, mais pour la gloire de leur ordre. Voltaire écrit pour son couvent.