Femme

La femme, ainsi, était toujours la bête de luxure, dont le prêtre simplement se servait aujourd’hui pour assurer le règne de Dieu.
La femme n’était-elle pas la honte et la perdition, une créature de dégoût, de péché et de terreur, devant laquelle tremblent les saints?
Depuis le premier jour, l’Eglise a pris et gardé la femme, comme l’aide la plus puissante de son oeuvre de propagande et d’asservissement.
Emanciper la femme, c’est excellent – mais il faudrait avant tout lui enseigner l’usage de la liberté.
Il y a une solitude, même entre mari et femme, un gouffre – et cela, on doit le respecter.
Une femme commence par résister aux avances d’un homme. Ensuite, elle l’empêche de s’enfuir.
On peut toujours reconnaître les femmes qui ont une entière confiance dans leurs maris: elles ont l’air si parfaitement malheureuses.
Les hommes se marient par fatigue, les femmes par curiosité – les deux sont déçus.
Les femmes nous aiment pour nos défauts. Si nous en avons suffisamment, elles nous pardonnent tout, même l’intelligence.
Les femmes partagent nos plaisirs, doublent nos tourments et triplent nos dépenses.