Société

Une société n’est forte que lorsqu’elle met la vérité sous la grande lumière du soleil.
La société existe pour le bénéfice des hommes, et non les hommes pour le bénéfice de la société.
L’assassinat sur l’échafaud est la forme la plus exécrable d’assassinat, parce qu’il est investi de l’approbation de la société.
La nature a fait l’homme heureux et bon, mais la société le déprave et le rend misérable.
La décadence d’une société commence quand l’homme se demande: Que va-t-il arriver? au lieu de se demander: Que puis-je faire?
Il est remarquable que ce soit dans les périodes où la société donne à l’individu le moins de garanties et d’avantages qu’elle lui demande le plus de sacrifices et d’efforts.
La férocité, c’est une des catégories cardinales de l’homme en société.
L’homme et la société se servent réciproquement de sujet et d’objet.
L’homme n’est homme que par la société, laquelle, de son côté, ne se soutient que par l’équilibre des forces qui la composent.
La plus haute perfection de la société se trouve dans l’union de l’ordre et de l’anarchie.