Règle

Il est absurde d’avoir une règle rigoureuse sur ce qu’on doit lire ou pas. Plus de la moitié de la culture intellectuelle moderne dépend de ce qu’on ne devrait pas lire.
On ne peut juger de la vie par une plus fausse règle que la mort.
Ce qu’un homme pense de lui-même, voilà ce qui règle ou plutôt indique son destin.
Oserais-je exposer ici la plus grande, la plus importance, la plus utile règle de toute l’éducation? Ce n’est pas de gagner du temps, c’est d’en perdre.
La principale règle est de plaire et de toucher. Toutes les autres ne sont faites que pour parvenir à cette première.
Imagination – C’est cette partie décevante dans l’homme, cette maîtresse d’erreur et de fausseté, et d’autant plus fourbe qu’elle ne l’est pas toujours – car elle serait règle infaillible de vérité, si elle l’était infaillible du mensonge.
Je voudrais bien savoir si la grande règle de toutes les règles n’est pas de plaire et si une pièce de théâtre qui a attrapé son but n’a pas suivi un bon chemin.
Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît.
L’erreur est la règle – la vérité est l’accident de l’erreur.
Je ne sais ce que c’est que des principes, sinon des règles qu’on prescrit aux autres pour soi.