Destin

Il faut toujours un coup de folie pour bâtir un destin.
Je crois qu’il faut presque toujours un coup de folie pour bâtir un destin.
Ce qu’un homme pense de lui-même, voilà ce qui règle ou plutôt indique son destin.
Les hommes ont inventé le destin, afin de lui attribuer les désordres de l’univers, qu’ils ont pour devoir de gouverner.
Le destin pose deux doigts sur les yeux de l’homme, deux dans ses oreilles, et le cinquième sur ses lèvres en lui disant: «Tais-toi.»
Le beau seul a cette destination d’être parfaitement manifeste et parfaitement digne d’amour.
C’est son caractère qui fait à chacun sa destinée.
Je croyais que la route passait par l’homme, et que de là devait déboucher le destin.
Nous tissons notre destin, nous le tirons de nous comme l’araignée sa toile.
L’empreinte d’un homme sur un autre est éternelle, aucun destin n’a traversé le nôtre impunément.