Nuit

Pour les hommes, rien qui dure, ni la nuit étoilée, ni les malheurs, ni la richesse – tout cela un jour brusquement a fui.
Dans les restaurants chinois, la nuit tous les chats sont cuits.
C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière.
L’homme a beau étendre le cercle de ses idées, sa lumière n’est toujours qu’une étincelle promenée dans la nuit immense qui l’enveloppe.
Le jour est moins charmant que les yeux de la nuit.
Les hommes sensibles préfèrent le soir au matin, la nuit au jour, et la beauté des femmes mûres à celle des jeunes filles.
Plus nous ouvrons les yeux, plus la nuit est profonde – Dieu n’est qu’un mot rêvé pour expliquer le monde, un plus obscur abîme où l’esprit s’est lancé.
Je marche dans la nuit dans un chemin mauvais, ignorant d’où je viens, incertain où je vais.
Ainsi toujours poussés vers de nouveaux rivages, dans la nuit éternelle emportés sans retour, ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges jeter l’ancre un seul jour?
Je tâte dans la nuit ce mur, l’éternité.