Fatalité

C’est drôle comme la fatalité se plaît à choisir pour la représenter des visages indignes ou médiocres.
Le coup d’état du christianisme, c’est d’avoir installé la fatalité dans l’homme. De l’avoir fondée sur notre nature.
Que j’aimerais… qu’on serve les fatalités de sa nature avec intelligence: il n’y a pas d’autre génie.
Toutes les fois que la fatalité se prépare à crever sur un point de la terre, elle l’encombre d’uniformes. C’est sa façon d’être congestionnée.
La liberté n’existe que là où l’intelligence et le courage parviennent à mordre sur la fatalité.
La fatalité triomphe dès qu’on croit en elle.
Le mal se fait sans effort, naturellement, par fatalité – le bien est toujours le produit d’un art.