Haïr

Quant on sent qu’on n’a pas de quoi se faire estimer de quelqu’un, on est bien près de le haïr.
Nous avons tout juste assez de religion pour nous haïr, mais pas assez pour nous aimer les uns les autres.
La haine a sa cristallisation – dès qu’on peut espérer de se venger, on recommence de haïr.
Le pire péché envers nos semblables, ce n’est pas de les haïr, mais de les traiter avec indifférence – c’est là l’essence de l’inhumanité.
Pourquoi nous haïr? Nous sommes solidaires, emportés par la même planète, équipage d’un même navire.
Je m’aime trop moi-même pour pouvoir haïr qui que ce soit.
Je l’ai trop aimé pour ne le point haïr.
Ah! Je l’ai trop aimé pour ne le point haïr!
Aime et publie-le – hais et cache-le.
Le moi est haïssable.