Crime

Les «raisons» qui font que l’on s’abstient des crimes sont plus honteuses, plus secrètes que les crimes.
Le plus grand des maux et le pire des crimes, c’est la pauvreté.
Il faut des crimes pour soutenir les crimes.
Très souvent une vertu n’est rien moins qu’une grande action, et plus souvent encore une grande action n’est qu’un crime.
Les choses les plus difficiles à confesser ne sont pas les crimes, mais les actes ridicules et honteux.
Ce héros est peut-être bien coupable de n’être pas allé plus haut dans la vertu, ce scélérat bien méritant de n’être pas allé plus bas dans le crime.
Ainsi que la vertu le crime a ses degrés.
On pardonne les crimes individuels, mais non la participation à un crime collectif.
Le plus grand des crimes, c’est de tuer la langue d’une nation avec tout ce qu’elle renferme d’espérance et de génie.
Les fausses opinions ressemblent à la fausse monnaie qui est frappée d’abord par de grands coupables, et dépensée ensuite par d’honnêtes gens qui perpétuent le crime sans savoir ce qu’ils font.