Culpabilité

Avoir du mérite à s’abstenir d’une faute, c’est une façon d’être coupable.
Il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent.
Ce héros est peut-être bien coupable de n’être pas allé plus haut dans la vertu, ce scélérat bien méritant de n’être pas allé plus bas dans le crime.
Les avocats d’un criminel sont rarement assez artistes pour utiliser, au profit du coupable, la beauté terrible de son acte.
Les fausses opinions ressemblent à la fausse monnaie qui est frappée d’abord par de grands coupables, et dépensée ensuite par d’honnêtes gens qui perpétuent le crime sans savoir ce qu’ils font.
Un coupable puni est un exemple pour la canaille – un innocent condamné est l’affaire de tous les honnêtes gens.
L’individu, dans son angoisse non pas d’être coupable mais de passer pour l’être, devient coupable.
Combien sont faibles ceux qui se sentent coupables tout en pensant qu’ils ne le sont pas.
Le seul Narcisse coupable est celui qui trouve les autres laids.
Si le juge était juste, peut-être le criminel ne serait-il pas coupable.