Courteline

Une dame disait un jour devant moi, d’elle-même, comme la chose la plus naturelle du monde: «Je ne pense jamais, cela me fatigue – ou, si je pense, je ne pense à rien.»
S’il fallait tolérer aux autres tout ce qu’on se permet à soi-même, la vie ne serait plus tenable.
Pourquoi donc, dans un groupe de femmes bavardant comme des perruches, la conversation cesse-t-elle aussitôt qu’un monsieur s’approche?
Pour savoir qu’un verre était de trop, encore faut-il l’avoir bu.
Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet.
L’homme n’est pas fait pour travailler. La preuve, c’est que ca le fatigue.
L’homme est le seul mâle qui batte sa femelle. On doit donc en déduire que l’homme est le plus brutal des mâles… a moins que la femme ne soit, de toutes les femelles, la plus insupportable.
La femme est meilleur qu’on le dit: elle ne blague les larmes des hommes que si elle les a elle-même fait couler.
La douceur de l’homme pour la bête est la première manifestation de sa supériorité sur elle.
Les pianos devraient être frappés de deux impôts: le premier au profit de l’Etat, le second au profit des voisins.