Vent

Que ton vers soit la bonne aventure éparse au vent crispé du matin qui va fleurant la menthe et le thym… et tout le reste est littérature.
Et je m’en vais au vent mauvais qui m’emporte deçà, delà, pareil à la feuille morte.
On ne sait jamais où trouver les hommes. Le vent les promène. Ils manquent de racines, ça les gêne beaucoup.
Qui sème un vent récolte les nez bouchés.
Un homme heureux est une barque qui navigue sous un vent favorable.
Prenez le temps comme il vient, le vent comme il souffle, la femme comme elle est.
Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire, que les parfums légers de ton air embaumé, que tout ce qu’on entend, l’on voit ou l’on respire, tout dise: «Ils ont aimé!»
Je chantais, mes amis, comme l’homme respire, comme l’oiseau gémit, comme le vent soupire, comme l’eau murmure en coulant.
L’absence diminue les médiocres passions et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies et allume le feu.
Le pin le plus haut est celui que le vent agite le plus souvent.