Désespoir

Les tragédies des autres sont toujours d’une banalité désespérante.
Le désespoir comble non seulement notre misère, mais notre faiblesse.
Le désespoir est la plus grande de nos erreurs.
Tirons notre courage de notre désespoir même.
C’est quand on n’a plus d’espoir qu’il ne faut désespérer de rien.
La vie humaine commence de l’autre côté du désespoir.
Nul ne peut se sentir, à la fois, responsable et désespéré.
Le désespoir lui-même, pour peu qu’il se prolonge, devient une sorte d’asile dans lequel on peut s’asseoir et reposer.
J’essaie de donner mauvaise conscience à mon désespoir.
Le désespoir est le suicide du coeur.