Bonheur et malheur

Les hommes ne veulent pas construire leur bonheur, ils veulent seulement réduire leur malheur.
Par notre manière de penser et nos attitudes, nous construisons notre bonheur ou notre malheur.
On n’est pas heureux: notre bonheur, c’est le silence du malheur.
Ce qui pour nous fait le bonheur ou le malheur de notre vie consiste pour tout autre en un fait presque imperceptible.
Le bonheur naît du malheur, le malheur est caché au sein du bonheur.
C’est une espèce de bonheur, de connaître jusqu’à quel point on doit être malheureux.
L’on veut faire tout le bonheur, ou, si cela ne se peut ainsi, tout le malheur de ce qu’on aime.
Ne rien faire est le bonheur des enfants et le malheur des vieillards.
Le bonheur est vide, le malheur est plein.
Bien que chacun estime avoir droit au bonheur, la plupart des gens entrent inconsciemment dans le malheur comme on entre en religion.