Michelet

Laissez-moi un peu regarder du côté de la plus haute Asie, vers le profond Orient. J’ai là mon immense poème.
La France a fait la France, et l’élément fatal de race m’y semble secondaire. Elle est fille de sa liberté.
La femme change et ne change pas. Elle est inconstante et fidèle. Elle va muant sans cesse dans le clair-obscur de la grâce. Celle que tu aimas ce matin n’est pas la femme du soir.
La tyrannie du Moyen Age commença par la liberté. Rien ne commence que par elle.
La liberté, pour qui connaît les vices obligés de l’esclave, c’est la vertu possible.
Il n’y a point de vieille femme. Toute, à tout âge, si elle aime, si elle est bonne, donne à l’homme le moment de l’infini.
La France est le pays de la prose.
Il faut apprendre à mourir.
Chaque homme est une humanité, une histoire universelle…