De Mandiargues

Rire est mieux qu’expliquer quand on est certaine d’être aimée.
La poésie, comme l’art, est inséparable de la merveille.
La nature du monde change-t-elle, ou bien est-ce la véritable nature qui triomphe de l’apparence?
La connaissance et l’amour ont pour effet d’abolir les oppositions.
Il n’est rien d’essentiel à l’homme qui ne soit figuré naturellement, dans le caillou, la plante ou la bête.
L’homme ne sait pas se faire absolument dur, et son gel demeure toujours imparfait quand il s’y mêle une paille de tendresse.
L’histoire, la révolution, l’amour ne vont à leurs hauts paroxysmes que par la folie de la poésie.
L’amour sort du futur avec un bruit de torrent, et il se jette dans le passé pour le laver de toutes les souillures de l’existence.
Il est un degré dans le vierge et le pur, qui par son excès peut faire peur.
Elle était assez femelle pour n’attendre d’une cuirasse rien de mieux que le bonheur de la capitulation et le plaisir de la défaite.