Antonin Artaud

Toute matière commence par un dérangement spirituel.
On gagne l’amour par la conscience d’abord, et par la force de l’amour après.
L’obsession des femmes est vitale, elle correspond à un besoin de vertu.
L’esprit a tendance à se délivrer du palpable pour arriver à ses fins.
Le bien est voulu, il est le résultat d’un acte, le mal est permanent.
L’absolu n’a besoin de rien. Ni de dieu, ni d’ange, ni d’homme, ni d’esprit, ni de principe, ni de matière, ni de continuité.
Là ou d’autres proposent des oeuvres, je ne prétends pas autre chose que de montrer mon esprit.
Là où ça sent la merde ça sent l’être.
Je n’ai jamais rien étudié, mais tout vécu et cela m’a appris quelque chose.
Il ne faut pas trop se hâter de juger les hommes, il faut leur faire crédit jusqu’à l’absurde, jusqu’à la lie.