Naître

Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté pour la première fois un coup d’oeil intelligent sur soi-même.
Ne pas naître, voilà qui vaut mieux que tout.
Pour éteindre le remords, il n’est que de renouveler souvent l’acte qui l’a fait naître.
Vivre, c’est naître lentement. Il serait un peu trop aisé d’emprunter des âmes toutes faites!
Le langage figuré fut le premier à naître, le sens propre fut trouvé en dernier.
On naît ce qu’on peut.
Quel crime avons-nous fait pour mériter de naître?
Il n’y a pour l’homme que trois événements: naître, vivre et mourir. Il ne se sent pas naître, il souffre à mourir et il oublie de vivre.
Dans «connaître», il y a «naître».
Chacun de nous quitte la vie avec le sentiment qu’il vient à peine de naître.