Robert Garnier

Toute chose naît pour périr, et tout ce qui périt retourne pour une autre fois refleurir.
Qui meurt pour le pays vit éternellement.
Nommez-vous liberté licence au populaire, de faire impunément tout ce qu’il voudra faire?
Moi, j’ai toujours l’amour cousu dans mes entrailles.
Mais la jeunesse ardente et prompte aux changements, toujours mit sous le pied nos admonestements.
L’on ne peut gouverner les enfants d’aujourd’hui.
Le pays est partout où l’on se trouve bien, la terre est aux mortels une maison commune.
La jeunesse ne peut commander à soi-même, cet âge toujours porte une fureur extrême.
La clémence est l’honneur d’un prince débonnaire.
Dieu préfère toujours la clémence à justice.