Jouissance

Il y a certainement des gens heureux de vivre, dont les jouissances ne ratent pas et qui se gorgent de bonheur et de succès.
Si les hommes étaient assez malheureux pour ne s’occuper que du présent, on ne sèmerait point, on ne bâtirait point, on ne planterait point, on ne pourvoirait à rien: on manquerait de tout au milieu de cette fausse jouissance.
Comme le fruit se fond en jouissance, comme en délice il change son absence dans une bouche où sa forme se meurt…
Il n’est nullement besoin d’être aimé pour bien jouir et… l’amour nuit plutôt aux transports de la jouissance qu’il n’y sert.
Nul bonheur, nulle sérénité, nulle espérance, nulle fierté, nulle jouissance de l’instant présent ne pourrait exister sans la faculté d’oubli.
La possession n’est rien si la jouissance ne s’y joint.
Pour qu’une liaison d’homme à femme soit vraiment intéressante, il faut qu’il y ait entre eux jouissance, mémoire ou désir.
Mais qu’importe l’éternité de la damnation à qui a trouvé dans une seconde l’infini de la jouissance!
Et à quoi bon exécuter des projets, puisque le projet est en lui-même une jouissance suffisante?