Vous, chênes, héritiers du silence des bois, entendez les soupirs de ma dernière voix.