Un théologien a le droit d’affirmer qu’il sait comment Dieu juge une hérésie, non comment il juge ceux qui professent cette hérésie.