Un sot trouve toujours un plus sot qui l’admire.