Trop souvent, l’histoire des faiblesses des femmes est aussi l’histoire des lâchetés des hommes.