Quand il s’agit d’un mortel, il faut attendre sa dernière journée avant de l’appeler heureux.