Plutôt que le maître d’école, le critique doit être l’élève de l’oeuvre.