Où qu’il soit, où qu’il aille, l’homme continue à penser avec les mots, avec la syntaxe de son pays.