On voudrait revenir à la page où l’on aime et la page où l’on meurt est déjà sous nos doigts.