On se prend à beaucoup mieux aimer la réalité, parfois, après un long détour par les rêves.