On ne refuse pas la pitié aux malheureux, pourvu qu’ils n’en demandent pas davantage.