On ne prête qu’aux riches et on a bien raison, car les pauvres remboursent difficilement.