On ne connaît jamais un être, mais on cesse parfois de sentir qu’on l’ignore.