On est bien forcé de croire au doigt de Dieu, quand on voit comme il se l’est mis dans l’oeil.