On a peine à haïr ce qu’on a bien aimé.