Nous vivons en un temps où, Dieu merci, une condamnation à mort ne déshonore plus.