Nous vivons avec nos défauts comme avec les odeurs que nous portons: nous ne les sentons plus – elles n’incommodent que les autres.