Notre âme est transitive. Il lui faut un objet, qui l’affecte, comme son complément direct, aussitôt.