L’impossible est le refuge des poltrons.