L’impossibilité d’outrager la nature est, selon moi, le plus grand supplice de l’homme.