Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon coeur d’une langueur monotone.