L’erreur est humaine, mais la mettre sur le dos de ses employés l’est encore plus.