L’écrivain écrit pour être aimé. Il est lu sans pouvoir l’être.