Le sot qui sent sa sottise n’est déjà plus si sot, mais le paresseux peut connaître sa paresse, en gémir, et le rester.