Le sage se demande à lui-même la cause des ses fautes, l’insensé la demande aux autres.