Le riche songe à l’année qui vient, le pauvre pense au jour présent.