Le propre des questions insolubles est d’être usées par la parole.