Le prétexte ordinaire de ceux qui font le malheur des autres est qu’ils veulent leur bien.