Le beau est supérieur au sublime parce qu’il est permanent et ne rassasie pas – tandis que le sublime est relatif, passager et violent.