L’amour véritable s’enveloppe toujours des mystères de la pudeur, même dans son expression, car il se prouve par lui-même – il ne sent pas la nécessité, comme l’amour faux, d’allumer un incendie.