L’amour est-il, comme on le prétend, la purification de l’instinct ou, au contraire, sa perversion?